LES GRANDS SCIENTIFIQUES A TRAVERS LES SIECLES

  • Avant Jésus-Christ
  • Pythagore
  • Euclide
  • Archimède
  • Thales de Milet
  • Ptolemée
  • Eratosthène de Cyrène
  •  
  • XVIème au XVIIème siècle
  • Copernic
  • Galilée
  • Képler
  • Descartes
  • Toricelli
  • Newton
  • D’alembert
  • Huyghens
  •  
  • XVIIIème au XXème siècle
  •  
  • 1701-1744       Celsius
  •  
  • 1731-1810       Cavendish
  • 1736-1806       Coulomb (de)
  • 1736-1819       Watt
  •  
  • 1766-1844       Dalton
  •  
  • 1745-1827       Volta
  • 1749-1827       Laplace
  •  
  • 1777-1855      Gauss
  • 1773-1829      Young
  • 1773-1858      Brown
  • 1774-1862      Biot
  • 1775-1836      Ampère
  • 1776-1856      Avogadro
  • 1778-1850      Gay-Lussac
  •  
  • 1787-1854      Ohm
  • 1788-1827      Fresnel
  • 1791-1867      Faraday
  • 1796-1832      Carnot
  • 1797-1878      Henry
  •  
  •  
  • 1803-1853        Doppler
  • 1819-1889        Joule
  • 1819-1868        Foucault
  • 1824-1887        Kirchhoff
  • 1824-1907        Kelvin (Lord)
  •  
  • 1831-1879        Maxwell
  • 1834-1907        Mendeleïev
  • 1837-1923        Van der Waals
  •  
  • 1845-1923        Röntgen
  • 1852-1908        Becquerel
  • 1853-1928        Lorentz
  • 1856-1943        Tesla
  • 1856-1940        Thomson
  • 1857-1894        Hertz
  • 1858-1947        Planck
  • 1859-1906        Curie
  •  
  • 1867-1934        Joliot-Curie
  • 1868-1953        Millikan
  •  
  • 1871-1937        Rutherford
  •    
  •  
  •  
  • 1879-1955        Einstein
  •  
  • 1885-1962        Bohr
  • 1887-1961        Schrödinger
  •  
  • 1892-1987        Broglie (de)
  • 1894-1974        Bose
  • 1897-1956       Joliot-Curie
  •  
  • 1902-1984       Dirac
  • 1901-1954       Fermi
  •  
  • 1900-1958       Pauli
  • 1901-1976       Heisenberg
  • 1902-1984       Kastler
  • 1904-               Tcherenkov
  • 1904                 Néel
  • 1907-1981      Yukawa
  •  
  • 1910-1989      Shockley
  •  
  • 1924-               Charpak
  • 1922-               Bohr
  • 1932-               Gennes (de)
  •  

Ces scientifiques géniaux ont révolutionné, en leur temps, la science et permis à l’humanité de progresser.

Collège : Scientifiques abordés en cycles 3 et 4.

ISAAC NEWTON / 1642-1727

  • Portrait d’Isaac Newton réalisé par Godfrey Kneller 
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Newton
    Source futura-sciences

 Source futura-sciences

 

Découvertes :
Théorie de la gravitation : « Tous les corps s’attirent avec une force proportionnelle à leur masse respective et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare ».
Biographie :
Né le 25 décembre 1642 selon le calendrier Julien, mais le 4 janvier 1643 si l’Angleterre avait suivi alors notre décompte actuel, Isaac Newton était si chétif qu’on aurait juré qu’il trépasserait dans la journée. En fait, c’est son père, un petit fermier, qui va décéder quelques mois plus tard.
Sa mère, presque illettrée, se laisse consoler en 1645. Elle convole en deuxièmes noces avec un pasteur qui ne veut pas entendre parler de l’enfant, qu’elle abandonne donc à sa famille. Pour certains auteurs, ceci explique pourquoi Newton ne s’est jamais marié.

De nature délicate, Isaac préfère jouer avec les filles. Son oncle ne tarde pas à comprendre qu’il n’est pas fait pour le travail des champs et l’envoie donc à l’école. Doué à la fois d’habileté manuelle et d’une superbe intelligence, Isaac entretient avec les autres élèves des relations difficiles. Ceci sera une caractéristique de la vie de Newton.

En 1661, il entre au Trinity College de Cambridge en qualité de « sizar », c’est-à-dire d’étudiant pauvre chargé des basses besognes comme vider les pots de chambre et porter le bois de chauffage en échange de la gratuité des études. Cette situation, particulièrement humiliante pour un jeune dont la mère est devenue riche à la suite d’un deuxième veuvage, ne changera qu’en 1667 lorsqu’il deviendra « fellow » : il sera alors logé et percevra un salaire.

Entre-temps, Newton avait dû se réfugier chez sa mère en 1665 pendant 18 mois pour fuir la peste qui sévissait à Londres. D’après ses dires, c’est pendant ce séjour qu’il avait vu tomber la célèbre pomme, événement qui lui permit d’établir une relation entre la chute d’un corps à la surface de la Terre et le mouvement de la Lune. Newton avait alors acquis le sentiment que notre planète attirait notre satellite avec une force de même nature que celle qu’elle exerçait sur la pomme, force qui variait dans la raison inverse du carré de la distance qui séparait la Terre de la Lune. Mais Newton n’avait rien publié : il attendra 1687 pour le faire.

Pour plus d’info sur les grands scientifiques aller sur ce lien.
http://visite.artsetmetiers.free.fr/hommes_science.html#copernic

Pour découvrir les principes mathématiques de la philosophie naturelle, ce fabuleux manuscrit,  ce lien ->

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ee/Newton_-_Principes_math%C3%A9matiques_de_la_philosophie_naturelle%2C_tome_I.pdf

  1. ALBERT EINSTEIN / 1879-1955
  1.  
  1. Einstein contribua plus que tout autre à une vision moderne de la réalité physique. Sa théorie de la relativité est considérée comme un des sommets de la pensée.

    En 1894, la famille d’Einstein se déplaça à Milan et Einstein décida officiellement d’abandonner sa nationalité allemande et devint suisse. En 1895, il échoua à un examen qui lui aurait permis d’accéder aux études d’ingénieur électricien à Zurich. Après avoir suivi les cours d’une école secondaire à Aarau, Einstein retourna (1896) au Polytechnicum de Zurich, et en 1900 réussit ses études de professeur de mathématiques et physique pour l’enseignement secondaire.

    Il travailla au bureau des brevets à Berne de 1902 à 1909, et il y rédigea un nombre étonnant de publications de physique théorique, écrites pendant ses moments perdus sans contact avec la littérature scientifique. Einstein obtint un doctorat de l’université de Zurich en 1905. En 1908 il devint lecteur à l’université de Berne et l’année suivante, professeur à l’université de Zurich.

    ->En 1905, dans le premier d’une série de trois articles, Einstein discute l’hypothèse émise par Max Planck, selon laquelle l’énergie électromagnétique est émise par des quantités discrètes. L’énergie de ces quanta est directement proportionnelle à la fréquence de la radiation. Cela semble en contradiction avec la théorie classique de l’électromagnétisme basée sur les équations de Maxwell et les lois de la thermodynamique qui décrivent une théorie ondulatoire dans laquelle l’énergie peut être aussi faible que l’on veut. Einstein utilisa l’hypothèse de Planck pour décrire le rayonnement électromagnétique de la lumière.

    ->Le deuxième article de 1905 introduisait ce qui est appelé aujourd’hui la théorie de la relativité restreinte. Il basa sa théorie sur une réinterprétation du principe classique de relativité selon lequel les lois de la physique sont indépendantes du système de référence. Comme seconde hypothèse fondamentale, Einstein supposa que la vitesse de la lumière était invariante comme il le fallait pour la théorie de Maxwell.

    Plus tard en 1905 Einstein montra l’équivalence de la masse et de l’énergie. Il n’était pas le premier à proposer les bases de la relativité restreinte, mais sa contribution réside dans l’unification de parties importantes de la mécanique classique et de l’électrodynamique de Maxwell.

This is Albert !
  • http://villemin.gerard.free.fr/Esprit/Einstein.htm
    Un article qui résume très bien les étapes de la vie scientifique du grand Albert.
    Source: http://xavier.hubaut.info/coursmath/bio/einstein.htm

  • contribution réside dans l’unification de parties importantes de la mécanique classique et de l’électrodynamique de Maxwell.

  • ->Le troisième article de 1905 concerne la mécanique statistique, un domaine qui avait été étudié par Ludwig Boltzmann et Josiah Gibbs.

  • Après 1905, Einstein continua à travailler dans ces domaines. Il apporta d’importantes contributions à la théorie quantique, mais il cherchait à étendre la relativité restreinte aux phénomènes où intervenait une accélération. La clé apparut en 1907 avec le principe d’équivalence, dans lequel la gravitation devenait de même nature que les forces mécaniques. La masse gravitationnelle était identique à la masse inertiale.

    En 1909, Einstein fut reconnu comme l’un des plus grands philosophes scientifiques. Après avoir obtenu des chaires à Prague et à Zurich, il obtint (1914) un poste prestigieux à l’Association Kaiser-Wilhelm de Berlin. A partir de cette époque il n’enseigna plus à l’université. Einstein resta dans le personnel à Berlin jusqu’en 1933, et ensuite occupa jusqu’à son décès, une place de chercheur à l’Institute for Advanced Study de Princeton.

    En 1911, Einstein fit une première prédiction sur la manière dont les rayons lumineux émis par une étoile lointaine étaient déviés en passant à proximité du soleil.

 

Vers 1912, Einstein entama une nouvelle phase de ses recherches sur la gravitation avec l’aide de son ami mathématicien Marcel Grossmann, en exprimant ses travaux à l’aide du calcul tensoriel de Tullio Levi-Civita et Gregorio Ricci-Curbastro. Einstein appela sa nouvelle théorie la relativité générale. Après plusieurs tentatives il publia fin 1915, la version définitive.

Einstein retourna en Allemagne en 1914, mais il ne demanda pas la nationalité allemande. Lorsque les expéditions britanniques confirmèrent ses prédictions lors de l’éclipse de 1919, Einstein fut encensé par la presse populaire.

Einstein reçut le prix Nobel en 1921, non pour son travail en relativité mais bien pour son travail de 1905 sur l’effet photoélectrique.

Il travailla jusqu’à sa mort à Princeton pour tenter d’unifier les lois de la physique en incluant le champ électromagnétique à la théorie de la relativité générale.

 

Galilée

Galilée (en italien : Galileo Galilei), né à Pise en 1564 et mort à Arcetri, près de Florence, le 8 janvier 1642 (77 ans), est un mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien du xviie siècle.

Parmi ses réalisations techniques, il a perfectionné et exploité la lunette astronomique, perfectionnement de la découverte hollandaise d’une lunette d’approche, pour procéder à des observations rapides et précoces qui ont bouleversé les fondements de l’astronomie. Cet homme de sciences s’est ainsi posé en défenseur de l’approche modélisatrice copernicienne de l’Univers, proposant d’adopter l’héliocentrisme et les mouvements satellitaires. Ses observations et généralisations se sont alors heurtées aux critiques des philosophes partisans d’Aristote, proposant un géocentrisme stable, une classification des corps et des êtres, un ordre immuable des éléments et une évolution réglée des substances, ainsi qu’aux théologiens jésuites de l’Église catholique romaine. Galilée, qui ne disposait pas de preuves directes du mouvement terrestre, a parfois oublié la prudence qui lui était prônée par ses protecteurs religieux.

Dans le domaine des mathématiques, ce « langage décrivant la nature » qu’il appelait de ses vœux pour « l’écriture mathématique du livre de l’Univers » en 1623 dans son opus sur les comètes, si Galilée n’a pas contribué à faire progresser l’algèbre, il a tout de même produit des travaux inédits et remarquables sur les suites, sur certaines courbes géométriques et sur la prise en compte des infiniment petits.

Par ses études et ses nombreuses expériences, parfois uniquement de pensée, sur l’équilibre et le mouvement des corps solides, notamment leur chute, leur translation rectiligne, leur inertie, ainsi que par la généralisation des mesures, en particulier du temps par l’isochronisme du pendule, et la résistance des matériaux, ce chercheur toscan a posé les bases de la mécanique avec la cinématique et la dynamique. Il est considéré depuis 1680 comme le fondateur de la physique, qui s’est imposée comme la première des sciences exactes modernes.

Dès 1583, Galilée est initié aux mathématiques par Ostilio Ricci, un ami de la famille, élève de Tartaglia. Bien que Ricci soit un savant peu renommé, il a l’habitude, rare à l’époque, de lier la théorie à la pratique par l’expérience. Il a également été influencé par Giovanni Battista Benedetti, autre élève de Tartaglia.

À l’âge de dix-neuf ans, il découvre, en chronométrant à l’aide de son pouls, la régularité des oscillations des lustres de la cathédrale de Pise. De retour chez lui, il compare les oscillations de deux pendules et travaille à la loi de l’isochronisme des pendules, dont le Néerlandais Christian Huygens découvre la vraie loi de l’isochronisme rigoureux (nécessitant l’invention d’un autre mouvement isochrone : le pendule cycloïdal alors que le pendule simple de Galilée n’est pas parfaitement isochrone) en décembre 16595, étape de la découverte d’une nouvelle science : la mécanique galiléenne6.

Galilée observe la régularité du mouvement du pendule simple et le décrit en 1638. Il affirme que la période d’un pendule ne dépend pas de sa masse mais de sa longueur et il énonce la loi sur les périodes : les carrés des périodes d’oscillations sont proportionnels aux longueurs des pendules7. La formule s’énonce de nos jours sous la forme suivante (l étant la longueur du pendule, g la gravité et T la période, la première formule de la physique) :

Galilée entame d’abord des études de médecine, mais n’ayant aucun goût pour la médecine et la philosophie aristotélicienne, il abandonne. Grâce à Euclide, qui l’éblouit, Galilée réoriente ses études vers les mathématiques. Dès lors, il se réclame de Pythagore, de Platon et d’Archimède et contre le géocentrisme aristotélicien. Dans le courant humaniste, il rédige aussi un pamphlet féroce sur le professorat de son temps. Deux ans plus tard, il est de retour à Florence sans diplôme, mais avec de grandes connaissances et une grande curiosité scientifique.

 

Pierre et Marie Curie

Pierre et Marie Curie font des expériences peu recommandables…

La bio issue du site medarus.org

http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/curiemp.html

On peut compléter les infos sur leurs travaux et leur vie sur les sites suivants:

http://musee.curie.fr/

Tesla vs Edison

Un site traitant des inventions du génial Tesla

9 découvertes de Tesla qui affectent notre vie tous les jours